Home » Archive

Articles tagged with: Space

Hit Parade »

[7 juin 2009 | 4 Comments | ]
Daft Punk 1978

La French Touch n’a pas débuté dans les années 2000. Les français dès les années 70 ont influencé les musiques électroniques. Nous avons déjà évoqué sur discodrome Didier Marouani et son projet Space, nous pouvons citer également Jean-Michel Jarre. Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir ou de rédécouvrir pour les plus avertis Droids.

Droids n’a pas connu le succès des deux artistes précédemment cités. A tort ou à raison, nous ne sommes pas là pour juger. Par contre nous pouvons noter l’influence de ce groupe sur Daft Punk. En effet, si les 2 frenchies masqués étaient juste nés en 1977, ils ont littéralement pompés le look et la prestation scénique des Droids : looks de spationautes, identités masquées derrière des casques intersidéraux inspirés par Fantomas

Droids était composé de Yves Hayat, Richard Lornac, Jean-Paul Batailley. D’illustres inconnus… pas si sur !!!

Richard Lornac, est un habitué de la variétoche, pianiste sur de nombreux enregistrements d’artistes tels que Sacha Distel, Thierry le Luron, Carlos… Dorothée. Dorothée qui via sa boite de prod AB lui permettra de faire ses tristes premiers pas devant la caméra dans des séries telles que “les Musclés” ou “Les garçons de la plage” oû il joue le rôle principal.

Jean-Paul Batailley est lui devenu, après l’expérience Droids, un “requin” de studio apposant sa signature à de nombreux albums en tant que percussionniste.

 droids-the-force

droids-the-force

The Force , le titre de Droids que vous pouvez écouter aujourd’hui est issu d’un Mini-LP. On peut y découvrir l’influence Star-Wars (sons R2-D2 et sabre laser) mais surtout une mélodie et un rythme très italo disco. The Force est sorti en single. The Force Part1 en Face A , Part2 en Face B. Vous pouvez aujourd’hui l’écouter d’un seul tenant.

The Force n’est malheureusement passez “pumpy” pour devenir un classique de discothèque, mais suffisamment ambient pour être mixé dans quelques bars lounge de San-Remo ou de Portofino

 


Hit Parade »

[15 oct 2008 | 3 Comments | ]

Didier Marouani
à‡a avait pourtant mal débuté. En 1974 Didier Marouani sort son premier album sur Barclay avec des textes signés Etienne Roda-Gil et des titres aussi terrifiants que “J’aime les femmes” ou “Si tu m’avais vraiment aimé”. Un an plus tard rebelote avec le non moins terrifiant Didier Barbelivien à la plume. Puis des compos pour des artistes aussi excitants que Nicolas Peyrac, Armande Altai, Nicoletta ou Sabrina Lory.
Parallèlement à ces saines activités, Marouani fonde en 1977 Space, groupe de musique électronique qui deviendra numéro un dans le monde entier avec “Magic Fly” dont nous avons déjà parlé ici. Suivront un deal sur Casablanca Records aux States, des millions de singles et d’albums vendus, des concerts-événement de 300 000 spectateurs en Union Soviétique, un single pour Gloria Gaynor et un disque satellisé dans l’espace par les cosmonautes de la station MIR en signe d’espoir et de communication avec des formes de vie extra-terrestres. Bref le carton.
La carrière de Didier Marouani continuera entre chanson, concerts géants en Russie, space operas et une série de titres électroniques aussi innovants qu’émouvants.
C’est quand même plus cool que Jean-Michel Jarre, non ?